Troisième étape : la peinture

Après l'entoilage et le masticage des zones de toile encollées, il faut reprendre les cales à poncer pour préparer l'avion à la peinture. On prend du 240 à sec et on ponce, bien entendu on découvre des trous donc on remastique et on reponce...

On monte au 400 à l'eau et cette étape est à faire dehors parce qu'elle est particulièrement sale. Normalement cette étape est assez rapide et on arrive rapidement à la première phase de la peinture : l'appret.

L'appret

Nous l'avons réalisé nous même avec notre abri à voiture comme tunnel à peinture et notre compresseur (150 litres et 3 Cv). L'appret n'est pas une étape difficile et même si un peu de poussière vient se coller sur l'appret en cours de séchage, ce n'est pas grave car il faudra le poncer; la poussière sera donc enlevée.

J'étais chargé de passer l'apprêt et mon père préparait la mixture et nettoyait en grande partie le pistolet.... Il faisait le boulot ingrat et moi le plus sympa. (j'aime bien cette répartition !)

En fait cette étape n'est pas compliquée il suffit juste de prendre le coup de main du pistolet, de le régler et de mettre juste ce qu'il faut d'appret, ni trop ni pas assez. En effet, si on en met trop, l'avion sera lourd et on perdra en charge utile (plus les surcoûts de matière première) si on en met pas assez, on va enlever quasiment tout l'appret lors du poncage et il faudra donc recommencer car la peinture tient nettement mieux sur une couche d'appret que sur le composite !!! On peut tout de même se permettre d'avoir quelques zones sans appret, ce n'est pas dramatique mais il vaut mieux éviter.

A la fin j'avais plus ou moins  le coup de main avec le pistolet mais il s'est avéré que globalement nous avons été un peu radin sur la quantité déposée : Difficile a expliquer via une page internet mais globalement, il ne faut pas se contenter d'un "gros voile".

Le pistolet doit être tenu à environ 15 cm de la surface a peindre et effectuer un balayage horizontal puis vertical (en deux couches successives et en attendant que la première couche soit bien sèche avant de passer la seconde). Le deuxième passage à 90° du premier est, j'ai trouvé, bien plus délicat car on voit moins bien ou on est déjà passé, il est difficile de placer son pistolet au bon endroit et de conserver une vitesse constante en ne mélangeant pas surface entoilées et surfaces dures (on met de l'assouplissant sur la toile sinon la peinture va très rapidement et irrémédiablement"craqueler"). Et surtout on évite d'oublier d'apprêter des pièces comme ce fut notre cas (cone d'hélice).

Ensuite on doit poncer l'apprêt (au papier de verre à l'eau). A faire absolument dehors parce que le jus qui coule alors de l'avion est vraiment horrible et le nettoyage à grande eau d'un garage est toujours délicat. Le ponçage se fait donc au 400 à l'eau puis au 600 à l'eau bien sûr et en extérieur obligatoirement. Monter au 800 à l'eau ne s'avère pas indispensable (ce n'est pas une voiture); un poncage au 600 à l'eau équivaut à du 1200 aà sec. Si vous êtes vraiment pointilleux, vous pouvez toujours finir le poncage avec du papier journal (je ne rigole pas) mais ca risque d'être long... ca dépend tout ce que l'on recherche.

Etape sale mais on voit le travail avancé donc le moral suit.

Durée de l'étape pour nous : moins d'1 mois.

 

La peinture

Etape la plus simple pour nous : direction le carrossier.

De toute façon sans tunnel (aspirant les poussières et sans professionnel du pistolet, ce n'est pas la peine d'y penser). Et pour nous, vu notre amour pour la peinture...( je vous laisse imaginer la suite).
En outre, les nouvelles peintures demandent à être "cuite" ce qui est impossible sans tunnel spécifique.

 

Le départ

 

"En avant toute !!!" ( pas mal le convoi non?). Il a fallu dételler la remorque pour pouvoir tourner après le portail...

 

 Non franchement laissons faire les pros

 

Et voila le travail

Durée de l'étape : 5 jours , temps de travail pour nous : 0
Encore merci à la carrosserie CALLY de Pont d'Ain (01) d'avoir accepter de peindre le bel oiseau.

Près de 12 litres de peinture ont été passés. Vous vous dites :  "Et le poids ???", rassurez vous, la majeure partie a du finir dans les filtes du tunnel (ca fait toujours plaisir au porte-feuilles !!!) puisque notre devis poids est de 274.5 kg en ordre de vol.

La suite, ce sont les finitions

Pour le sommaire des étapes de la construction, c'est par là

 

 
[ La construction ]
Copyright © 2004 - 2012 Tous droits réservés