Descriptif

A l'origine, le fk9 est livré avec deux petits aérateurs de 57 mm disposés sur les vitres latérales. L'aération est en règle générale suffisante mais quand il fait vraiment chaud, le poste de pilotage est chaud, très chaud. Bien entendu il  fallu que l'on bidouille ces petits aérateurs en les rendant plus efficaces et surtout en fabricant une pièce qui nous permet de ventiler soit les pieds, soit le visage... Ca marche très bien mais le problème majeur est que ces petits aérateurs ne sont pas très pratique si on veut faire une photo de l'extérieur.

En effet, pour faire une photo, nous sommes obligé de démancher ce petit aérateur afin de passer l'objectif de l'appareil photo. Si on ne procède pas comme ceci, on retrouve  sur quasiment toutes les photos un reflet du soleil brillant du à la vitre. De plus, comme nos aérateurs sont placés très en avant de la vitre, lorsque l'on passe l'objectif dehors, il n'est plus possible de vérifier le cadrage ... bref ca ne nous convenait pas.

Cela nous tatait déjà depuis quelques temps et mon père a pris l'initiative de faire une petite fenêtre de sensiblement 10X15 cm, plus haute et plus rapprochée du copilote-photographe que ne sont les aérateurs.

Voila le résultat :

 

 

Les photos ont été prises alors que nous n'avions pas encore terminé : en effet il manque le rubant adhésif gris qui va venir cacher les deux rails coulissants lorsque l'on regarde la fenêtre de l'extérieur et il nous reste à finaliser un système de verrouillage. Par ailleurs, un joint "balai" va être collé verticalement afin de diminuer les courants d'air (qui sont en fait vraiment pas fort).

Les matériaux

Alors pour faire une fenêtre de ce genre, le budget alloué doit être conséquent : entre 0 et 10€ pour la finition grand luxe avec scotch, verrouillage et joint.

Les rails : Ce sont en fait de vulgaires reliures pour documents papier (ce sont des 6 mm) le coefficient de frottement est parfait : la fenêtre ne s'ouvre pas d'elle même en vol et il n'est pas non plus necessaire de forcer pour l'ouvrir. Même si on ne l'ouvre que partiellement, elle ne s'ouvre pas avec le vent (qui au passage est quasiment nul : cette fenetre comme aérateur : 0. Par contre, si on sort la main pour diriger le flux vers l'intérieur, on sent bien les 170 km/h de vent!)

La fenetre en elle même est une chute de Makrolon qui nous restait de la découpe des vitres, la poignée a été faite en chauffant le lexan puis en le tordant.

La découpe : La phase la plus délicate et comme toujours, la scie sauteuse revient sur le devant de la scène : Un bon coup avec cette formidable machine et le tour est joué !

Une chose que nous avons regretté juste après avoir fini la découpe : celle de ne pas avoir fait une reproduction minitature de la forme de la fenêtre. On se serait marrer pour la découpe mais cela aurait été très joli ! C'est la fenêtre bas de gamme (on préferera le terme de fenêtre prototype non ?).

Conclusion

Quel pied !!! Les photos sont nettement plus faciles a prendre. On devrait mettre en ligne les premières photos prises par la fenêtre rapidement.
Au début, on craignait de perdre un peu en visibilité mais en fait pas du tout, on peut dire que nous l'avons idéalement placée (coup de chance !).

En revanche, la fenêtre ne fait absolument pas courant d'air et ne permet en aucune façon la ventilation de l'avion d'ou l'intéret de garder les aérateurs. En revanche elle est source importante de bruit aérodynamique et d'entrée en résonnance de la vitre si on l'ouvre entièrement. Le seul moyen pour que la fenetre ventile est de sortir la main (pas trop, sinon...) pour diriger le flux vers l'intérieur et à 180 km/h, ca ventile méchament, la solution idéale pour les passgers ayant mal au coeur.

 

 
[ Notre FK9 ]
Copyright © 2004 - 2012 Tous droits réservés