Dernier vol avec l'instructeur ! (Mon père)

Ce jour là  les amis, on peut dire qu'il y avait du vent, un bon 40 voir 50km/h dans l'axe de piste ! La montée fut encore plus raide, on était secoués et les virages ! là on se sent déporté ! (pour conserver le cap en vent de travers, on vole en crabe avec un angle de 40° en lacet je pense) je revois les 2 kms de la 19 (la piste) et la descente avec un pente forte, je revois la piste comme dans les simulateurs de vol ! J'étais presqu'au niveau du sol mais nous revoila soulevés et déportés à droite, correction, et réalignement, heureusement qu'il était à coté, car je ne m'y attendais pas, mais lui, s'en doutait ! c'est la différence entre l'amateur et le pro !...Pendant la descente il me dit si ce n'avait pas été un FK9 , on n'aurait pas décollé ! ...

Sur la piste, comme d'hab, j'allais  me met en wheeling, lorsqu'il m'en empêchat les risques sont très grands de passer sur le toît ! alors j'ai roulé jusqu'à 40 km/h et d'un seul coup les roues ont quitté le sol ! Moralité : quand il y aura du vent il vaudra mieux regretter d'être au sol que regretter d'être en l'air, Attendons d'être un peu plus expérimentés !!!   

Le premier vol tout seul de mon père (c'est lui le rédacteur !) :

La météo était calme ! Les avions décollaient, se posaient, et moi j'avais fini la pré-vol, tout était en ordre pour voler ! Quand je dis tout, c'est que rien ne pouvait m'empêcher de partir, rien du tout, absolument rien ! même pas un soupcon sur quelque chose qui aurait pu me retarder un peu !

"Bon, ben faut y aller sinon je ne partirai jamais !" Tout va bien ??? oui tout est d'équerre ! t'es sur ? oui. tel est ce que je me disais ! Oh rien de bien méchant jusqu'à la piste ! Check list, puis re check-list ! tout va bien ! Bon ben Ya KA ! ...Alignement, la piste de deux kms est devant ! faut y aller ! quelques secondes, puis ma main pousse les gaz, et phénomène extraordinaire, les mécanismes s'enchainent, vitesse, rotation, l'angle de monté est raide (normal j'étais tout seul) puis j'entends regarde l'alignement, rentre les volets, baisse le régime, vire à gauche, regarde la bille, regarde le nez, .....même sans instructeur à coté, je l'entends en permanence, et tout va bien, très bien, quelques virages pour prendre en main et retour sans problème ! bel arrondi bien aligné pas de vent tout est super ! Finalement je me suis dit que j'ai été stupide d'avoir eus peur ! mais ce doit être normal ! ouf quand même à l'arrêt du moteur !

 

Mon premier vol laché (le fiston).

 C'était le samedi en fin d'après midi (du deuxième week end de notre formation).

Je pars comme d'habitude en place pilote avec Michel, l'instructeur en copilote.
Point d'arrêt, alignement-décollage, tout est normal. Vent arrière, base, finale et posé-décollé. J'angoisse légèrement parce que mon père m'avait dit si tu n'es pas lacher à la fin du week end, c'est fini !!! On revend la machine (Quoi???).
Nouveau tour de piste, le soleil a presque disparu de l'horizon et cette fois ci, en base, Michel me dit d'annoncer à la radio un complet. Nous voici posé, je dégage la piste et à ce moment là, il me dit tu fais demi tour et tu pars tout seul. Le sang s'accélère mais j'ai envie d'y aller, l'appréhension que j'ai pu avoir a bord du sky ranger a complètement disparu, dès que j'ai volé sur fk9, j'ai été en confiance. De plus, pour avoir refusé de partir deux fois seul avec le sky, je sais qu'il faut que je me mette un petit "coup de pied au c..". (Il n'a vraiment pas été violent, je vous l'assure).

Donc me voici seul a bord, je fais mon demi tour, m'aligne et décolle. Et la je peux vous dire que supprimer 70 ou 80 kg d'un ULM qui en fait 270 à vide ca fait varier pas mal de paramètres et notament le taux de montée !!! 
La vitesse de rotation est vite atteinte et la pente de montée pour conserver 110 km/h au badin est impressionnante !! Déjà 1100 pieds, je rentre les volets et réduis les gazs, tellement concentré sur les actions à faire, j'en ai oublié que j'étais tout seul à bord et je re-découvre en tournant la tête une place vide. Je regarde autour de moi et prends un petit sourire, je vole !!! C'est encore plus impressionnant que la première fois que je suis monté dans un avion (c'était un sky),

Mais bien vite il faut intégrer la vent arrière, le soleil ne pointant quasiment plus à l'horizon, je contemple le spectacle et prépare la machine à l'atterrissage, 110 au badin et un cran de volet. J'annonce ma base puis ma finale à la radio, arrondi (l'avion est encore plus sensible à la moindre sollicitation) et les roues arrières effleurent la planète, freinage, demi tour et retour au parking, la nuit tombe.

Je sors du fk9, heureux et avec une seule envie : Y retourner au plus vite

 

Il nous reste a vous raconter la journée du Dimanche, mémorable par ses conditions de vol...

 

Le dimanche

Alors là les amis permettez moi de le dire mais ça, ça fait pas rire !!!!
Un soleil, radieux : pas un seul nuage à l'horizon, rien, un ciel d'un bleu; mais alors d'un bleu !!! Remarquez, avec le vent qu'il y avait, les pauvres nuages étaient bien vite balayés...

Enfin bref, nous nous rendons au terrain et la biroute (manche a air) confirme nos impressions, elle est à l'horizontale quasiment en permanence !!!

Michel, loin de se décourager, procède avec nous à la visite pré-vol, le vent ne l'inquiète pas plus que çà, on fait le plein, et c'est parti.

Aujourd'hui, j'ai l'honneur de passer en premier. Je mets en route, laisse chauffer, procède à la check list avant décollage puis "Alignement décollage" après avoir remonter la piste pour décoller face au Sud. L'avion est très très vite en l'air et nous nous faisons quand même secouer mais bizarrement, sauf à de très rare moment, les secousses ne sont pas trop trop violentes. J'étais en tours de piste, donc je vous laisse imaginer la "vent arrière" à 1800 pieds (étape ou on remonte la piste pour revenir se poser): le badin anonce un petit 140 km/h, le GPS 190 km/h en vitesse sol !!! Et je ne mens pas...
Alors l'étape de base (perpendiculaire à la piste et donc au vent), c'est bien simple, pour garder le cap, j'estime qu'il me faut placer le nez de l'avion à un bon 40° par rapport à la trajectoire voulue (de mémoire et donc sans certitude, il me semble que je pouvais regarder ma trajectoire par la vitre sur le côté !).
Enfin je vous laisse imaginer. Arrive une longue finale, très longue en temps puis un touché des roues pas trop mauvais je crois. Je redécolle, refait un tour de piste avec de temps en temps l'aide de Michel qui veille au bon déroulement du vol. On se pose et rentre au terrain et pendant le retour, il me dit que si cela n'avait pas été un fk9 il n'y serait pas aller et qu'il avait complètement confiance dans le comportement de l'appareil même dans ces conditions extrèmes.

Mon père vas aussi faire son tour et mon petit frère (17 ans quand même) monte pour la première fois dans un avion (toutes classes confondues, du 747 à l'ULM pendulaire. Bon même s'il nous dit qu'il n'est pas vraiment amateur (il prefère voir les champs au ras des paquerettes plutôt que du dessus : a priori, être en virage et voir les champs a travers une vitre et  dans le prolongement de la ligne de ses épaules en tournant la tête l'a beaucoup marqué). Mais je crois qu'il y reviendra, laissons lui le temps...


 

 
[ Notre FK9 ]
Copyright © 2004 - 2012 Tous droits réservés